Sortie n°468

Alors que beaucoup de runners attendent avec impatience le week-end qui vient, que ce soit pour le marathon de Paris, le Marathon des Sables ou le Trail de la Sainte-Victoire, je suis à contre-temps puisque mon premier objectif de l’année se déroulera le dimanche qui suit.
À dix jours de l’échéance je modifie mon planning d’entraînement pour faire deux sorties longues cette semaine et travailler encore et toujours l’allure semi.

Lire la suite

Au clair de la lune…

Mardi

De retour à Rodez pour une semaine, je n’ai pas une grosse envie d’aller affronter la pluie, la nuit et une température de 5°C. Mais j’ai envie de courir, alors j’hésite, je tergiverse. En fin de compte je préfère terminer le bouquin de Jason Robillard.

Jeudi

Il est 21h19, je sors du resto et sur le chemin de l’hôtel je note que la pluie a cessé et qu’il n’y a pas un brin de vent. Les 2°C ambiants ne seront donc pas un problème, c’est le moment idéal pour aller courir. Vingt minutes plus tard je déclenche le chrono et commence à suivre la piste cyclable en direction de Vabre. Arrivé au dernier lampadaire je réalise que la clarté de la lune, même occultée par les nombreux nuages est largement suffisante pour poursuivre sur la section non éclairée. La teinte plus foncée des bords herbeux tranche assez nettement avec le revêtement clair de la piste, et je peux facilement suivre le ruban de bitume sans risquer de tomber dans la rivière trois pas sur ma gauche.

Lire la suite

Sortie n°375

Programme

4x (1 000 m à AS10, récup 2′)

Lundi

Distance : 9,5 km
Chrono : 0h59

Le Forerunner est encore moribond. L’eau infiltrée sous l’écran a quasiment disparu, mais le boîtier refuse toujours de s’allumer. Du coup la séance de ce soir est un peu improvisée. J’examine mon parcours ruthénois sur Google Earth pour repérer une distance d’un kilomètre. Les deux poteaux interdisant l’accès de la piste cyclable aux voitures d’un côté, le bosquet au milieu du plan d’eau à l’autre bout. Le chrono de ma montre fera l’affaire pour mesurer le temps.
Ça donne l’impression de courir en aveugle. Pas de fréquence cardiaque, pas d’allure instantanée, aucune idée de la distance. Malgré ça je m’en sors bien puisque je tiens l’allure visée de 5’21 » sur les quatre répétitions avec un temps approximatif entre 5’10 » et 5’20 » à chaque fois. Tant mieux, il ne me reste plus qu’à me caler sur la même allure en course pour éviter de partir trop vite et avoir une chance d’arriver dans le temps fixé comme objectif.

Juste un peu moins d’une heure de course en fin de compte, à peu près autant ensuite à retracer le parcours pour avoir une idée de la distance. J’avais prévu le coup, j’ai fait tous mes demi-tours à des endroits facilement repérables. Le coin du bâtiment, le troisième réverbère, la clôture du pré…
J’appréhende un peu plus la sortie VMA de la semaine prochaine. Ça risque d’être une séance de type 30″ à fond les ballons / 30″ hors d’haleine. Je me demande s’il ne vaudrait mieux carrément faire du fartlek à la place, je m’épuiserais moins.

Précédent Suivant

De la qualité de vie des gastéropodes

Escargot

Il a plu toute la journée sur Rodez. Une pluie fine et drue qui ne m’a pas empêché d’aller user mes semelles sur la piste cyclable devenue mon parcours habituel.
Mon moment de détente après une longue journée de boulot.
Les escargots et les limaces n’ont pas eu peur de la pluie non plus, c’est même plutôt l’inverse. Ils sont nombreux à traverser le bitume ce soir. Au moment où mon Forerunner bipe les 2 km j’en évite un de taille respectable qui traverse nonchalamment la piste. Comme je l’ai vu assez tard je me fais la réflexion que je n’aimerais pas en écrabouiller un gros comme ça pieds nus. Puis je l’oublie aussi vite.

Lire la suite

Piste entre la Gineste et le parc de Vabre

Distance : 10 km
Dénivelé : 46 m
Revêtement : enrobé

La piste cyclable relie le rond-point de la Gineste à Rodez au parc de Vabre.
On y croise chaque soir les traditionnels runners et runneuses, parfois quelques cyclistes aussi. Le premier kilomètre serpente à travers la végétation avant de rejoindre la D901 que le parcours longe ensuite sur 4 km.

Piste cyclable entre la Gineste et le parc de Vabre

Piste cyclable entre la Gineste et le parc de Vabre

Lire la suite

Sortie n°335

Programme

2′ vite, récup 1′ + 4′ vite, récup 1′ + 6′ vite, récup 2′ + 4′ vite, récup 1′ + 2′ vite, récup 1′

Mardi

Distance : 9,2 km
Chrono : 0h59

Ce soir la batterie du Forerunner est chargée, je retourne faire la séance de fractionné interrompue hier. C’est l’heure de sortie des bureaux et la circulation dans le quartier est totalement bloquée. Je laisse la voiture au garage et je rejoins la piste cyclable en petites foulées.
Pendant les sections rapides, je me cale sur une allure comprise entre 85 et 90% de ma VMA et je vois immédiatement la différence avec hier. À vue de nez je devais être entre 105% et 110%. Pas étonnant que j’aie tenu le rythme aussi peu de temps ! L’allure d’aujourd’hui reste dans le domaine du raisonnable. À la fin des 6′ le chrono affiche presque une demie heure, il est temps de faire demi-tour.
Comme à partir de cette semaine je vise la barre des 30′ pour mes sorties pieds nus, je profite des deux minutes de récup pour me déchausser. Trente minutes c’est justement le temps qu’il me faut pour rentrer. Je n’ai pas d’objectif d’allure ni de chrono donc je cale le Forerunner en mode carto et je rentre en suivant les pistes cyclables de manière à me rapprocher petit à petit de mon point de départ. C’est l’occasion de découvrir de nouveaux chemins que je m’en irai explorer pendant la séance en endurance fondamentale prévue jeudi.

Précédent Suivant

Sortie n°334

Programme

2′ vite, récup 1′ + 4′ vite, récup 1′ + 6′ vite, récup 2′ + 4′ vite, récup 1′ + 2′ vite, récup 1′

Lundi

Distance : 5,2 km
Chrono : 0h33

Quelqu’un m’a parlé du parc de Vabre comme un endroit sympa pour courir. Il fait un temps splendide ce soir, je vais tenter le coup même si je n’ai pas pensé à charger mon GPS et que je n’ai donc que le chrono de ma montre comme instrument de mesure. C’est pas l’idéal pour une séance de fractionné.
Effectivement le cadre est agréable, et il y a même un parcours de santé tracé entre les pelouses et les bosquets. Je note que le parcours est constitué exclusivement de graviers assez gros, ce qui le réserve aux sorties en chaussures.

Je boucle un premier tour tranquille en 8’30, puis un second au même rythme avant de démarrer la première répétition à vitesse rapide. Et là sans repère d’allure je vais certainement beaucoup trop vite. Sur le moment je ne m’en rends pas compte, je boucle les 2′, puis les 4′ mais au moment de démarrer les 6′ je n’ai plus de jus.
Il faut dire que le parcours est assez vallonné. Il zigzague sur les pentes de part et d’autre de l’allée centrale comme un snowboardeur dans un half-pipe. J’interromps à la fin du quatrième tour, je referai cette séance un autre jour mais sur du plat.

Précédent Suivant