La stratégie du demi-tour

Demi-tourQuand j’ai commencé à courir, mon parcours habituel consistait à rejoindre la piste cyclable et à effectuer 1, 2 ou 3 boucles autour du quartier, ce qui correspondait à 3,3, 5,5 ou 7,7 km.
Puis je me suis inscrit à mon premier 10 km.
Je ne voulais pas découvrir la distance le jour de la course et il me suffisait pour cela de parcourir 4 boucles soit 9,9 km. Oui mais voilà, je n’ai jamais réussi à faire quatre tours. À chaque fois, arrivé à la fin de la troisième boucle, au moment de bifurquer pour entamer un quatrième tour, le courage m’a manqué et au lieu de ça j’ai tourné de l’autre côté pour rentrer chez moi.

Lire la suite

Perdre du gras avec la course à pied

En ce lendemain de réveillon on est nombreux à trouver que notre reflet dans le miroir s’est enrichi pendant les fêtes de quelques rondeurs par-ci par-là. Et l’idée de les éliminer en allant courir dans le quartier s’impose vite comme une solution facile. Mais est-elle efficace ?

On sait que pendant l’effort notre organisme consomme de l’oxygène présent dans l’air que l’on respire, du glycogène stocké dans les muscles et le foie, et de la graisse stockée un peu partout mais surtout là où on ne voudrait pas qu’il y en ait. La consommation des graisses, puisque c’est à celle-ci qu’on s’intéresse, occupe une part d’autant plus grande dans l’énergie totale dépensée que l’allure à laquelle on court est réduite. D’autre part elle augmente en même temps que la durée de l’exercice[1].

Le Polar RC3 que je porte au poignet utilise l’enregistrement de ma fréquence cardiaque pour estimer le pourcentage d’énergie fournie par cette consommation de graisse. La tentation était grande de regarder ça de plus près et de comparer deux sorties n’ayant a priori aucun point commun.

Lire la suite

Programmer du fractionné sur le Polar RC3 GPS

Donc le Polar RC3 ne permet pas de programmer une séance de fractionné directement sur la montre. En même temps c’est beaucoup plus confortable d’effectuer cette programmation sur le site Polar Personal Trainer. Si ça permet d’autre part à Polar de produire une montre qui reste simple à utiliser en courant, ça me va.
Wanarun a publié en juin dernier un tutoriel bien détaillé qui explique comment programmer une séance de fractionné, en l’occurrence du 30/30. Je ne vais pas plagier, vous le trouverez ici. Je me suis d’ailleurs basé là-dessus pour programmer la première séance de mon plan d’entraînement actuel :
25′ d’échauffement suivi de 12x 30″/30″ à 100% VMA puis un retour au calme en mode manuel.Programmation d'une séance 30/30Par contre je ne partage pas l’optimisme de la conclusion de l’auteur du billet :

Ensuite vous pouvez mettre des limites, faire des distances, des pyramides… La seule limite sera votre corps ! À vous de jouer !

Lire la suite

Polar Personal Trainer

Le RC3 affiche un récap sommaire à la fin de la course, et on peut aussi aller consulter l’historique des données sur la montre. Mais si on veut les exploiter de manière un peu plus poussée il faut passer par le logiciel WebSync et transférer toutes les données de l’entraînement sur le site dédié Polar Personal Trainer. Les sites de ce type sont pléthore, chaque fabricant de cardio-fréquencemètre et chaque éditeur d’application de running ayant la bonne idée de publier le sien.
Mais comme tous permettent aussi d’exporter un fichier au format GPX, au final on peut choisir d’utiliser celui qu’on préfère. Voire ceux qu’on préfère.

Les données de l’activité

Le gros des fonctionnalités est similaire à ce que proposent les sites concurrents. On visualise le parcours sur une carte, tandis qu’un graphique regroupe les courbes de fréquence cardiaque, d’allure et d’altitude. Et un diagramme en barres affiche le temps passé dans les différentes SportZones qui ne sont autres que les traditionnelles zones de fréquence cardiaque.
La bonne idée dont le Forerunner[1] ne disposait pas, c’est de gérer en parallèle les tours automatiques (1 km en ce qui me concerne), les temps intermédiaires déclenchés manuellement et les phases des entraînements programmés.
Lire la suite

Une semaine avec le Polar RC3 GPS

Voilà une semaine que je cours avec le RC3 au poignet.
5 sorties, 23 km et 2h28 pour commencer à apprivoiser l’appareil.
Tout d’abord le boîtier est léger et plat. Il se fait oublier contrairement au Forerunner 305 qu’il remplace à mon poignet. Les boutons sont sensibles juste comme il faut, pas besoin d’appuyer fort pour les enclencher. Le bracelet lui, se ferme avec une attache en forme de U et non pas de pointe. C’est bien vu, le bracelet de mon Garmin s’était déchiré dans la longueur ce qui rendait un trou de fixation inutilisable. L’écran LCD est large, les chiffres bien lisibles. Le bip par contre est à peu près inaudible en environnement urbain, même au volume maximal. Ou alors c’est moi qui deviens sourd.

Lire la suite

Polar RC3 GPS

Depuis le décès par noyade de mon Forerunner 305 début septembre je cours avec juste un chrono, sans GPS. Et comme je note scrupuleusement la durée et la distance de toutes mes sorties, je passe ensuite de longues minutes à retracer mes parcours sur divers sites de cartographie, à essayer de me souvenir de quel côté de la route je courais, sur quel passage piéton j’ai traversé, etc. Ça suffit. J’en ai assez.
En parallèle je feuillette aussi depuis quelques semaines les sites spécialisés pour essayer de trouver un remplaçant au Forerunner à travers la jungle des fabricants de cardio-fréquencemètres. C’est un chemin de croix que de comparer les différents modèles, même quand on sait à peu près ce qu’on cherche et ce qu’on veut éviter.
J’ai jeté mon dévolu sur le Polar RC3 GPS pour plusieurs raisons :

Polar RC3 GPS

Le Polar RC3 et ses accessoires


Lire la suite