Grand Raid de Camargue 2016

Voilà enfin la seconde édition du Grand Raid de Camargue, sur un parcours raccourci à 100 km au lieu de 114. Bon, la distance n’affecte pas trop ma préparation puisque l’an dernier j’ai jeté l’éponge après 36 km et que cette année j’espère atteindre le relais aux Saintes-Maries-de-la-Mer à 52 km. Je sais bien que si j’y arrive j’aurais les jambes aussi dures que du bois et je ne vois pas comment je pourrais en repartir pour 48 km supplémentaires, donc inutile de viser une arrivée aux 100 km.

Lire la suite

6 heures de l’Espoir 2015

24 heures de l'Espoir 2015Une première expérience réussie au mois de mai à Lyon, m’avait donné envie de tenter un 6 heures sur du plat et d’y viser l’objectif somme toute raisonnable de 50 km.
Le 6 heures organisé le dernier week-end de novembre depuis trois ans au parc Borély à Marseille colle bien au niveau du calendrier, en fin de saison assez loin des autres courses, comme au niveau de la proximité géographique, à moins d’une heure de route.

Après avoir choisi un plan d’entraînement sur 9 semaines que je n’ai pas du tout suivi, quand arrive le jour J j’ai une moyenne de 2 sorties et 25,6 km par semaine, totalement insuffisant pour préparer un 6 heures. Et quelques kilos de lard inutile autour de la taille.
Autant dire que l’objectif initial de 50 km est désormais hautement improbable au point que j’y ajoute plusieurs objectifs de repli :

  1. dépasser la distance du marathon (42,195 km)
  2. dépasser ma plus longue distance pieds nus (36,1 km)
  3. avancer pendant 6 heures

Même si le résultat est plus qu’incertain je décide de rester sur la stratégie établie de longue date, à savoir courir à 6’40" /km pendant 2 heures puis tenter de maintenir une allure entre 7’00" et 7’15" /km ensuite.

Lire la suite

Trail du massif des Brasses 2015

Ah ! le trail des Brasses. Un an que j’attends cette occasion de revoir les barefooters avec qui je discute par clavier interposé à longueur d’année. « Mes amis virtuels » comme vous surnomme ironiquement madame λ.

Je sais que je vais y retrouver Christian et Fred et que l’équipe de 5doigts.fr fait également le déplacement pour tenir un stand dédié au minimalisme. Plusieurs autres barefooters ne seront pas des nôtres, faute d’avoir réussi à nous organiser à temps. Ce n’est que partie remise !

Samedi, 18h53

La Savoie est toujours aussi loin de chez moi et après quelques longues heures de route j’arrive à Onnion, petit bourg de la vallée du Risse qui vit ce week-end au rythme de la course. Même monsieur le maire met la main à la pâte en prenant le départ du 15 km.

Dimanche on court sur une partie de ces crêtes.

Dimanche on courra sur une partie de ces crêtes.

Lire la suite

Sortie n°664

La semaine qui suit une course est un de mes moments préférés en course à pied. J’apprécie d’être – enfin ! – libéré des contraintes d’un plan d’entraînement. De pouvoir courir quand j’en ai envie, la distance qui me plaît et à l’allure de mon choix. Mais comme je ne suis pas à un paradoxe près, je me précipite tout aussi vite dans un nouveau plan d’entraînement en vue de la course suivante.
Cette semaine je démarre donc un plan en 9 semaines pour me préparer aux 6 heures de l’Espoir, fin novembre.

5 séances par semaine c’est beaucoup. C’est plus que ma moyenne habituelle de 3 sorties par semaine, et je n’ai promis à personne de tout suivre à la lettre, pas même à moi-même, mais je vais néanmoins essayer de m’y coller sérieusement. Et comme j’ai décidé de courir les mardis, mercredis, jeudis, samedis et dimanches, c’est aujourd’hui que ça commence.

Lire la suite

Grand Raid de Camargue 2015

Petit Raid de Camargue serait plus proche de la réalité, étant donné que j’ai parcouru 36 km sur les 110 de l’épreuve. J’ai jeté l’éponge au troisième ravito après 5h26 de course, ce qui m’a valu comme réaction du fiston « T’as fait moins qu’un marathon en plus de temps ? »
C’est tout à fait exact mais c’est une vision assez décourageante qui ne reflète pas mon sentiment après cette course. Bien sûr j’aurais espéré aller plus loin mais malgré un sentiment d’inachevé, un arrière-goût de ‘peut mieux faire’, je suis satisfait de cette expérience.

Mais reprenons au début.

Lire la suite

Bandol Classic 2015

La Bandol Classic est une course à peu près incontournable dans mon calendrier, c’est la seule à laquelle j’ai participé chaque année depuis que j’ai débuté la course à pied. C’est cette année ma cinquième participation, la deuxième pieds nus, mais un mois après l’ultra-boucle de la Sarra, j’arrive là totalement non préparé (j’ai couru moins de 30 km en un mois) et sans autre objectif que de participer.
Dans la colonne des points positifs on notera l’heure de départ retardée de 18h à 19h, ce qui donne une température moins inconfortable qu’en 2014 (27°C au lieu de 32°C), quant aux points négatifs, en complément de la non-préparation, je pèse 7 kg de plus qu’en juin dernier.

Lire la suite

En passant

Demi-cooper

Le principal objectif du premier semestre, l’ultra-boucle de la Sarra, est passé, et je n’ai encore arrêté aucun objectif pour le second semestre. C’est le bon moment pour caler un mini-plan de développement de VMA sur 4 semaines avant d’entamer la deuxième moitié de l’année.
Mais pour ça il me faut d’abord évaluer ma VMA actuelle car la dernière mesure date de juillet dernier.

Allure et fréquence cardiaque

Allure (en gris) et fréquence cardiaque (en rouge)

Je pars donc pour un demi-Cooper[1] sur une portion de route assez plate près du bureau.
Après 40 minutes à petite allure je démarre le chrono et m’élance pour les 6 minutes du test. Mon allure cible est aux alentours de 4’35 /km et comme d’habitude je pars plus vite que prévu, en dessous de 4’30 /km. Je lève un peu le pied pour essayer de me caler sur l’allure choisie mais très vite ça devient difficile. Au bout d’une minute et demie à peine, c’est déjà dur de rester sous les 5’00 /km, c’est clairement pas la forme.

En fin de compte le Polar indique 1,21 km lorsque les 6 minutes sont écoulées. Ça fait une VMA de 12,1 /km soit 10% de moins que ce que je mesure habituellement.
Pas glorieux.
La faute à quoi ? Les 26°C à l’ombre, le léger dénivelé de +1,5% du tracé, les kilos revenus qui font monter mon IMC à 26,2 ?
Un peu des trois probablement.
Quoi qu’il en soit ça me conforte dans l’idée de consacrer 4 semaines à travailler la VMA. Allez, je démarre lundi.


[1]. Soit une durée de 6 minutes à vitesse très soutenue.