Objectifs pour fin 2015

Calendrier 2015-T4

Contrairement à ceux du premier semestre, qui étaient définis plusieurs mois à l’avance, les objectifs du second semestre ont mis beaucoup plus de temps à prendre forme.
Je m’aperçois d’ailleurs que je ferais mieux de découper l’année en quatre trimestres plutôt qu’en deux semestres, car chacune des séquences plan d’entraînement + course visée correspond grosso modo à un trimestre.

L’objectif du troisième trimestre est déjà passé avec le Grand Raid de Camargue dont j’ai pris le départ au mois de septembre.

Pour le dernier trimestre de l’année je vais axer l’entraînement sur la préparation d’un 6 heures organisé le 28 novembre dans le cadre des 24 heures de l’Espoir à Marseille. J’ai récupéré pour ça dans mes archives un plan d’entraînement pour un 6 h qui s’étale sur 9 semaines au rythme de 5 séances par semaine.
C’est un peu plus que ce que j’ai l’habitude de faire : je cours parfois 4 fois par semaine, mais je réalise tout aussi souvent des semaines à 2 sorties seulement et la moyenne s’établit à 3 sorties par semaine. M’en tenir au plan sera déjà un challenge en soi.

À ce plat de résistance que constitue le 6 h, s’ajoutent deux autres dates. D’abord le Trail du Massif des Brasses, le 11 octobre, LE rendez-vous des barefooters que je serais désolé de rater. Les Foulées Bandolaises enfin, le 12 décembre, la course festive et déguisée qui clôturera mon année 2015.

Ou presque. À partir de la mi-décembre j’ai déjà planifié le début d’un plan d’entraînement annonciateur de mon premier objectif de 2016, mais pour l’instant rien n’est fixé, j’y réfléchis encore…

Lever de soleil

Les Foulées du Téléthon 2013, à Bandol

7h59

Le soleil est sur le point de se lever et c’est déjà l’effervescence sur le port de Bandol.
France 2 prend l’antenne en direct de la jetée et le moins qu’on puisse dire c’est qu’ils n’ont pas lésiné sur les moyens techniques. L’allée Vivien est bordée d’une enfilade de remorques et de camionnettes de régie avec leurs paraboles surdimensionnées. Quant à la promenade longeant le port c’est une fourmilière. Les caméramans, preneurs de sons et autres techniciens s’activent entre les nombreux badauds et les groupes participant aux différentes animations identifiables à leur tenue de pompier, à leur kimono de judoka ou encore à leurs habits traditionnels de musiciens provençaux.
Après un petit tour dans ce maelström je vais m’attabler un peu plus loin devant un croissant et un café serré, puis je vais retirer mon dossard.Les moyens techniques

Lire la suite