Objectifs pour fin 2015

Calendrier 2015-T4

Contrairement à ceux du premier semestre, qui étaient définis plusieurs mois à l’avance, les objectifs du second semestre ont mis beaucoup plus de temps à prendre forme.
Je m’aperçois d’ailleurs que je ferais mieux de découper l’année en quatre trimestres plutôt qu’en deux semestres, car chacune des séquences plan d’entraînement + course visée correspond grosso modo à un trimestre.

L’objectif du troisième trimestre est déjà passé avec le Grand Raid de Camargue dont j’ai pris le départ au mois de septembre.

Pour le dernier trimestre de l’année je vais axer l’entraînement sur la préparation d’un 6 heures organisé le 28 novembre dans le cadre des 24 heures de l’Espoir à Marseille. J’ai récupéré pour ça dans mes archives un plan d’entraînement pour un 6 h qui s’étale sur 9 semaines au rythme de 5 séances par semaine.
C’est un peu plus que ce que j’ai l’habitude de faire : je cours parfois 4 fois par semaine, mais je réalise tout aussi souvent des semaines à 2 sorties seulement et la moyenne s’établit à 3 sorties par semaine. M’en tenir au plan sera déjà un challenge en soi.

À ce plat de résistance que constitue le 6 h, s’ajoutent deux autres dates. D’abord le Trail du Massif des Brasses, le 11 octobre, LE rendez-vous des barefooters que je serais désolé de rater. Les Foulées Bandolaises enfin, le 12 décembre, la course festive et déguisée qui clôturera mon année 2015.

Ou presque. À partir de la mi-décembre j’ai déjà planifié le début d’un plan d’entraînement annonciateur de mon premier objectif de 2016, mais pour l’instant rien n’est fixé, j’y réfléchis encore…

Bandol Classic 2015

La Bandol Classic est une course à peu près incontournable dans mon calendrier, c’est la seule à laquelle j’ai participé chaque année depuis que j’ai débuté la course à pied. C’est cette année ma cinquième participation, la deuxième pieds nus, mais un mois après l’ultra-boucle de la Sarra, j’arrive là totalement non préparé (j’ai couru moins de 30 km en un mois) et sans autre objectif que de participer.
Dans la colonne des points positifs on notera l’heure de départ retardée de 18h à 19h, ce qui donne une température moins inconfortable qu’en 2014 (27°C au lieu de 32°C), quant aux points négatifs, en complément de la non-préparation, je pèse 7 kg de plus qu’en juin dernier.

Lire la suite

Vidéo

Analyse de foulée

Après la Bandol Classic, en recherchant des photos j’ai eu la bonne surprise de trouver une vidéo filmée de l’intérieur de la course sur laquelle j’apparais pendant quelques secondes.
Elle tombe à pic, j’envisageais de me filmer pour analyser les défauts de ma foulée. Non seulement ça m’évite les tracas de mettre en place une séance avec du matériel vidéo, mais en plus comme je ne savais pas que j’étais filmé je ne m’appliquais pas particulièrement pour les besoins de la vidéo.
Ma foulée n’est donc pas biaisée.

Avant de voir ce que ça donne, je dois préciser le moment de la course où ça a été enregistré. On est à environ 2,2 km de la ligne de départ, treize minutes après le coup de pistolet. Je me suis calé sur mon allure seuil, grosso modo à 5’40 /km, et je remonte à l’intérieur du peloton.

Lire la suite

Bandol Classic 2014

La descente du RoustagnonPlantons le décor. Pour cette dixième édition de la Bandol Classic on attend pas loin de 1 300 concurrents dont une bonne proportion seront déguisés. C’est le point d’orgue d’un week-end festif comprenant 4 courses au total, avec une ambiance du tonnerre et une organisation au top.
J’ai pris le départ en 2011, 2012 et 2013 (chaussé) et cette année je tente l’aventure pieds nus. Et ‘aventure’ n’est pas un vain mot.
Les 9 km de bitume ne présentent pas de difficulté même si par plus de 30°C (le thermomètre de la voiture affichait 34°C) ça devient plus compliqué à gérer.
Quant aux 3,6 km de sentier au milieu du parcours, ils combinent la quasi-totalité du dénivelé (210 m) avec le terrain le plus difficile composé de cailloux de toutes tailles.

Lire la suite

Assez tergiversé

Ça fait quelques semaines que participer à la Bandol Classic le 14 juin prochain me pose un cas de conscience. J’y vais ? J’y vais pas ?
Ça fait très exactement un mois en fait, jour pour jour. Depuis ma première reco pieds nus, quand je me suis aperçu que les cailloux qui recouvrent le chemin des crêtes sont particulièrement désagréables et que la descente du Roustagnon est une calamité.CaillouxJ’ai parcouru le secteur empierré en 59’16 » la première fois, puis j’y suis retourné avec mes Terra minimalistes, puis encore une fois pieds nus avec un nouveau chrono de 51’02 ».

Lire la suite

Sortie n°474

Vue des hauteurs de Bandol

Vue des hauteurs de Bandol

Le premier objectif de l’année est passé, le prochain défi est de prendre le départ de la Bandol Classic au mois de juin. Pieds nus évidemment. J’ai participé aux trois dernières éditions (chaussé) donc je sais à quoi m’attendre du côté du dénivelé (220 m) et de la température (à 18h00 à la mi-juin il fait encore pas loin de 25°C). La grande inconnue c’est ma capacité à courir pieds nus sur les trois kilomètres où le parcours quitte le bitume pour des sentiers caillouteux.
Je profite du temps splendide pour effectuer une reconnaissance de ce secteur, avant que n’arrivent les pluies que la météo nous annonce pour le reste du week-end.

Lire la suite