À propos…

C’était ma bonne résolution pour 2013. De tenir un blog, je veux dire. Un blog consacré à ma pratique de la course à pied. Voilà l’endroit où je jette en vrac tout ce qui me passe par la tête et qui a un rapport plus ou moins direct avec le running. Les comptes-rendus de mes sorties et des courses dont je prends le départ, les plans d’entraînement dont je m’inspire, mes parcours habituels ou inhabituels, le matériel que j’utilise, etc. Depuis le début de l’été 2013 on y trouve aussi mon expérience de coureur pieds nus puisque je laisse maintenant les chaussures au placard.

Pour conserver une certaine lisibilité à cette page, j’ai organisé le reste des infos sous la forme de questions fréquentes.



Pourquoi un pseudo ?

Parce que je cloisonne mes hobbies et utilise une identité imaginaire correspondant à chacun.
Runner Lambda n’aborde que des thèmes en rapport avec la course à pied. Pour ma défense, toutes mes précédentes tentatives de blog unique regroupant tous mes centres d’intérêt ont fait long feu.
À chaque fois j’ai été déçu du résultat : un patchwork désordonné, un bric à brac que j’ai toujours fini par supprimer. Runner Lambda n’est pas un personnage fictif, c’est bien moi. Moi qui donne ma vision du monde au travers du prisme de la course à pied.

^haut^



Mais pourquoi ce pseudo-là ?

Runner parce qu’il s’agit de course à pied, Lambda parce que mon expérience de la course à pied pourrait être celle de n’importe qui. Mes performances en course sont à la portée du plus grand nombre, je n’ai aucune prédisposition naturelle, aucun passé de coureur ni même de sportif.

Runner [ʁənœʁ] n.m. Anglicisme. Coureur à pied.
Lambda [lɑ̃bda] adj. inv. Familier. Qui ne se distingue par aucun trait remarquable, moyen, quelconque.

Outre raconter mes petites joies et mes grands malheurs (à moins que ce ne soit l’inverse) ce blog a aussi la prétention d’être la démonstration par l’exemple que si vous décidez du jour au lendemain de vous mettre à la course à pied (ou à autre chose) et que vous vous y tenez, alors vous obtiendrez forcément des résultats au-delà de ce que vous auriez pu imaginer.

Il y a aussi un aspect purement graphique à ce choix de pseudo. Le signe grec lambda λ ressemble à une silhouette qui marche. Ou qui court. L’idéogramme qui signifie homme, humain en chinois et en japonais a une forme similaire. Beaucoup de course à pied, un peu d’humanisme, ça correspond à l’idée que je me fais de ce blog.

^haut^



Et tu cours vite ?

Non. Ok ça ne sert à rien de comparer les performances des uns et des autres, chacun ayant des capacités différentes. Il n’empêche que le classement final d’une course mesure bien cette performance relative. Et d’une manière générale, les deux tiers des finishers d’une course arrivent avant moi.
Voici ce que ça donne en chiffres. Ma VMA est estimée à 13,2 km/h, mon IE à – 7,4 et voilà mes meilleurs chronos :

5 km          :     25'46"
10 km         :     54'10"
Semi-marathon :   2.03'31"
Marathon      :   4.42'40"

^haut^



Tu cours vraiment pieds nus ?

Tout à fait. Pieds nus, pour de vrai. Je n’utilise pas le mot barefoot volontairement pour éviter toute confusion avec les chaussures minimalistes. Mes meilleurs chronos sur 5 km, 10 km et semi-marathon ont d’ailleurs été obtenus pieds nus. Quant au marathon pieds, c’est un objectif qui reste pour l’instant dans les cartons.

^haut^



Et ça ne fait pas mal ?

Si ça me faisait mal je ne le ferais pas. Comme tous les hommes je suis douillet. Cette appréhension est naturelle, j’avais la même avant d’essayer par moi-même. De la même manière notre première crainte est de nous blesser sur des éclats de verre alors qu’en réalité ça n’arrive pas.
Notre vie citadine chaussée nous habitue à ne jamais recevoir d’information sensorielle de nos pieds, or la plante des pieds est bien pourvue en récepteurs. Quand on quitte nos chaussures pour marcher pieds nus sur un revêtement qui n’est pas lisse, notre cerveau se retrouve ainsi saturé de sensations inhabituelles qu’il méprend pour de la douleur. Cela prend du temps de s’habituer et de faire le tri entre ces différentes perceptions. Mais c’est à la portée de n’importe qui.

^haut^



Je peux réutiliser des infos de ton blog ?

Licence Creative CommonsPour les textes et photos dont je suis l’auteur, oui, sauf mention contraire le contenu de ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 non transposé. Cliquer sur le lien ou sur l’image pour voir dans les détails ce que ça implique. Grosso modo vous pouvez en faire ce que bon vous semble tant que ce n’est ni malhonnête ni malveillant.
Pour ce dont je ne suis pas l’auteur, comme je mentionne mes sources le mieux c’est de vérifier directement auprès de l’auteur même.

^haut^



Tu es présent sur les réseaux sociaux ?

Sur certains. Je suis plus assidu sur Facebook que sur Twitter dont le format aboutit à des échanges vraiment trop décousus à mon goût. Je gère aussi quelques bookmarks sur Delicious.
Question course à pied la trace GPS de certaines de mes sorties est sur Strava et j’ai posté quelques photos des lieux où je cours sur Flickr et sur Instagram.
Quant aux autres réseaux sociaux et sites de microblogging comme Google+, Pinterest, Linkedin, Tumblr, Myspace (ça existe encore ?), vous ne m’y trouverez pas.

Souscrivez au flux RSS Suivez le Runner λ sur Facebook Suivez le Runner λ sur Twitter Suivez les signets du Runner λ sur Delicious Suivez les traces GPS du Runner λ sur Strava Voyez les photos du Runner λ sur Flickr Suivez le Runner λ sur Instagram

^haut^


Publicités

5 réflexions sur “À propos…

  1. C’est marrant, j’avais jamais pensé à ça comme ça: les sensations inhabituelles prises pour de la douleur. C’est intéressant comme truc, ça me laisse perplexe.

    • Ça m’a interpellé aussi quand j’ai lu ça pour la première fois. Et en fait il y a bien une réelle différence entre marcher ou courir sur un sol rugueux et poser le pied lourdement sur un p#$@ de caillou vaguement pointu.
      Le caillou est douloureux, il te laisse un joli hématome comme preuve.
      Le sol rugueux n’est pas douloureux tant que tu ne dépasses pas la tolérance de ta peau à la friction répétée. Ça ne fait pas mal si tu respectes tes limites, mais tu sens quand même toutes les aspérités.

    • Salut Margaux !
      Courir en minimalistes et courir pieds nus est très similaire du point de vue de la technique, mais au niveau de l’approche et de l’investissement personnel il y a encore un pas à franchir, si j’ose dire 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s