Stratégie pour l’ultra-boucle de la Sarra

StratégieAvoir déterminé un objectif de 18 tours est une première étape, il me faut maintenant décider comment procéder pour y parvenir.
D’après ce que je lis ici et là, la maîtrise de l’allure cible est le premier facteur de réussite sur un ultra.
Or l’UBS se distingue de la plupart des courses horaires par un dénivelé important[1] à chaque tour. Impossible dans ces conditions de maintenir une allure constante, je vais plutôt fixer mon allure cible au moyen des temps de passage sous l’arche.

Estimation des temps de passage

18 tours à couvrir en 6 heures, ça fait pile 20 minutes par tour.
Les horaires de passage sous l’arche sont donc très faciles à mémoriser.
Le départ étant donné à 17h, il me faudra boucler le premier tour à 17h20, le deuxième à 17h40, le troisième à 18h00… jusqu’au 18e à 23h.
Facile à mémoriser, mais imprécis, parce que la ligne de départ est décalée et le premier tour plus long que les suivants. Au final ce chiffre de 20 minutes par tour n’est qu’une approximation grossière mais après plusieurs heures de course je serai peut-être heureux d’avoir un truc aussi simple auquel me raccrocher.

Allure sur un tour

Maintenant que j’ai ces points de repère, la question qui se pose c’est de savoir comment ça se déroule au niveau d’un tour. Le parcours officiel montre que la boucle de 2 km se décompose en :

  • 400 m de montée dont les 563 marches de la rue Nicolas-de-Lange,
  • 300 m de descente de l’ancienne piste de ski de la Sarra,
  • 1 300 m vaguement plats à condition de ne pas être trop regardant.

Je prévois de marcher dans les montées, dès le départ, disons à une allure de 20′ /km, soit 3 km/h. Le reste du temps, je pense (j’espère) pouvoir maintenir un footing tranquille à 7’30 /km (8 km/h).
400 m à 3 km/h + 1,6 km à 8 km/h = un tour de 2 km en 20 minutes.
C’est juste ce dont j’ai besoin pour coller aux temps de passage et atteindre mon l’objectif.

Stratégie

En résumé voici donc ma stratégie en 4 points :

  1. Marcher dans les montées
  2. Trottiner le reste du temps
  3. La première heure penser à modérer l’allure
  4. Essayer d’ajuster le rythme pour coller aux temps de passage

On n’se refait pas

Cette semaine je ne cours pas, je récupère du semi de dimanche, donc j’ai plus de temps à passer sur des futilités. À tirer des plans sur la comète.
Et comme un plan de bataille basé sur des chiffres très approximatifs ça me chagrine, j’ai fait en sorte de rajouter plein de chiffres à virgule.

Les résultats de 2013 et 2014 donnent le kilométrage correspondant au nombre de tours. 37,2 km pour 18 tours ça correspond à une allure moyenne de 9’40 /km, soit 6,2 km/h.
Si j’en crois mes diverses lectures dont le chapitre très détaillé que Bruno Heubi consacre à l’ultra-marathon, tous les participants à un ultra voient leur vitesse décroître au fil des tours[2]. Les novices partent comme des flèches et s’effondrent, les plus expérimentés maîtrisent leur allure mais partent tout de même 1 km/h plus vite que leur allure cible.

J’ai donné tous ces chiffres à manger à mon tableur favori et il m’a gentiment régurgité les temps de passage tour après tour récapitulés dans le tableau ci-dessous.

Temps de passage estimés

Je ne sais pas si j’en ferai quelque chose le jour venu, mais je ferai en sorte de l’avoir dans la poche. Si je m’ennuie en courant ça me donnera toujours matière à cogiter.


[1]. 90 m par tour. Et comme le parcours forme une boucle, il faut bien descendre tout ce qu’on monte, c’est donc +90 m et –90 m tous les 2 km.
[2]. « Courir longtemps », Bruno Heubi, pages 253 à 259.

Publicités

11 réflexions sur “Stratégie pour l’ultra-boucle de la Sarra

  1. Running-Addict dit :

    Soit 11260 marches au total… Ca en fait des marches! Va te faloir des cuisses en bétons! 😄
    La stratégie semble bien élaborer pour y arriver en tous cas! 🙂

  2. C’est extrêmement minutieux comme préparation…..ça ne te met pas trop de pression de vouloir être si précis dans l’approche de chaque tour, avec un détail par portion ? (Ce n’est pas un jugement je pose la question pour comprendre ta logique et ta façon d’appréhender l’événement)

    • Pas du tout. Je peux benner en un claquement de doigts un plan que j’ai passé des heures à peaufiner.
      Paradoxalement je ne respecte à peu près jamais les plans préparés à l’avance. Sans parler d’improvisation, j’aime bien conserver une marge de manœuvre pour m’adapter aux circonstances. Mais pour ajuster rapidement les paramètres pendant la course sans trop se poser de questions métaphysiques, je trouve plus confortable d’avoir déjà exploré différents scénarios possibles.
      Et puis comme je cogite beaucoup en courant, ça m’occupe d’avoir différents plans de marche et de voir comment ma course se déroule par rapport à eux.

      • Ok. Je comprends mieux la démarche. ..
        Pour ma part je prends un plan théorique trouvé sur le net et je l’adapte un peu à ma sauce.mais dès qu’il faut analyser plus précisément, faire des calculs. ..je me lasse très vite et je n’ai pas ma force d’aller au bout. ..
        Bon courage en tout cas

  3. Granjon dit :

    Bonjour peux tu m’envoyer ton tableur excel ? Voici mon mail : {masqué}
    Je suis inscris en solo le 16 mai et vais a l’entraînement dimanche
    Merci par avance

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s