Je pompe donc je suis

Je pompe donc je suisBon voilà, deux mois sont passés depuis que Running Addict a lancé l’idée de renforcer le haut du corps en faisant des pompes. C’est l’occasion d’inclure un peu de cross training dans ma pratique sportive, ça ne peut pas faire de mal. Devant la simplicité de l’objectif, « établir son record personnel de pompes », je m’y mets immédiatement, dès le 2 janvier.
J’ai toujours eu un faible pour les challenges qui fleurent bon la testostérone, dans le style des concours de celui qui pisse le plus loin qu’on faisait à douze ans.

Là c’est structuré un minimum quand même, je me cale sur les cycles de progression du site 100pompes.com proposé.
Premier jour, premier test pour mesurer l’étendue du chemin à parcourir : 13 pompes. Ouille ! La déconvenue est assez amère.
Entre 16 et 18 ans j’ai eu une période ‘muscu’, pendant laquelle je faisais des pompes quotidiennement par séries de 50. Mon maxi de l’époque était à 71, je ne suis jamais allé au-delà car ça devenait long et ennuyeux. À la place je faisais des séries de 25 pompes claquées ou bien avec les pieds surélevés sur une chaise. Voire des séries de pompes claquées deux fois.
Bref, j’avais de l’entraînement et l’âge qui allait avec. Bien sûr je ne m’attendais pas à faire encore aujourd’hui 40 ou 50 pompes d’affilée, mais je pensais pouvoir atteindre 20 ou 25. Pas 13.

Cycle 1

Les débuts sont laborieux.
Suite aux 13 pompes du simple test initial j’ai mal aux triceps pendant 5 jours. Durant les deux semaines du cycle je ne réussis pas une seule fois à terminer les séries au-delà de la seconde.
Là où le plan prévoit des séries de 14, 16, 13, 13 et 19 ou plus, je réalise 14, 12, 10, 6 et 5.
Sans surprise la progression durant ce premier cycle est réelle mais limitée : au second test je réalise un maximum de 17 pompes avant que mes bras ne jettent l’éponge.

Cycle 2

Mon nouveau maximum me laisse dans la même catégorie, de 11 à 20 pompes, donc les objectifs du cycle 2 sont les mêmes que ceux du premier. La différence est flagrante : je réalise quasiment l’objectif à chaque série. Lors du test de fin de cycle, je réalise un nouveau maximum à 21 pompes qui me propulse au palier supérieur.

Cycle 3

Les nouveaux objectifs me laissent assez sceptique sur ma capacité à les atteindre : presque 20 pompes par série en moyenne. Je m’accorde quelques jours de récupération supplémentaires avant de me lancer et les deux premières séances sont plutôt conformes aux objectifs, mais les deux suivantes sont très difficiles. Le délai de deux mois est quasiment écoulé, je zappe les deux dernières séances et passe directement au test final. 26 pompes soit très exactement le double du test initial.

Et ensuite ?

La première conclusion c’est que je n’ai plus 18 ans. Ma carte d’identité me le répétait, mon miroir aussi, mais c’est beaucoup plus flagrant quand je regarde le tableur où j’ai consigné ma progression. 2 mois, 16 séances, 80 séries et plus de 800 pompes pour arriver à en faire 26 d’affilée !
La montagne qui accouche d’une souris.

Le bon côté des choses, c’est que même en partant de si loin, la progression est réelle. Il n’y a qu’à comparer les cycles 1 et 2 dont les objectifs étaient identiques. Le premier a été très dur, le second relativement facile.
Ça m’a donné envie de ne pas m’arrêter là et de continuer ce type d’entraînement croisé en incluant d’autres mouvements de base. Tractions, abdos, squats, etc. Je ne sais pas encore comment je vais organiser ça, peut-être en choisissant un mouvement différent chaque semaine et en alternant jours d’entraînement et jours de repos.
Ou peut-être tout simplement en attendant que Running Addict publie un défi n°2 🙂

Publicités

4 réflexions sur “Je pompe donc je suis

  1. Ah les pompes… perso je déteste ça. Depuis peu je me suis mise au « fitness ». Je déteste le mot mais j’aime bien les exos : abdo (planche), squat et soulevé de petits poids (euh… bouteille d’eau ^^). Ça change de la CAP et ça permet de se muscler un peu.

    • Tout le problème, tout mon problème en tous cas, c’est de faire ça sur du long terme. Bien souvent c’est un feu de paille, même quand ce sont des exercices que j’aime bien.

      • C’est vrai que je m’étonne moi même de faire ça toutes les semaines depuis janvier… Peut-être faut-il avoir le déclic de comprendre que c’est important et de sentir que ça nous fait réellement quelque chose.
        J’aime beaucoup la nouvelle tête de ton blog en tout cas!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s