Sortie n°469

TrajetIl pleut à verse quand je quitte Rodez en début d’après-midi pour un trajet en voiture de cinq heures. Je traverse les monts du Lévézou dans un brouillard à couper au couteau et une température de 7°C. Un peu avant Millau la plupart des nuages ont disparu et le soleil brille à nouveau. L’occasion est trop belle. Plutôt que de continuer vers l’autoroute je bifurque vers la forêt domaniale de la Baraque des Pins pour courir une petite heure sur les pistes de débardage.

La voiture garée derrière un bosquet pour être invisible de la route, je me change rapidement le temps que le GPS du Polar capte les signaux des satellites, et je m’élance sur les chemins. Tranquillement. La terre est juste humide comme il faut. Souple mais pas boueuse. Enfin il y a bien quelques flaques éparses dans les zones en cuvette, mais ailleurs le sol est bien souvent tapissé d’aiguilles de pin.

Chemin forestier de la Baraque des Pins

Une des rares flaques que j’aie croisées


Je commence par le secteur nord que j’ai déjà exploré en janvier. Comme ça je ne me préoccupe pas de l’orientation et je me concentre sur les endroits où je pose les pieds. Pendant les premières minutes je reste très attentif, ensuite les automatismes se mettent en place et je cours plus relax. Et puis les pistes sont remuées par les engins et il y a quand même une bonne proportion de caillasse.
À l’extrémité nord de mon parcours je bifurque sur une piste tout en descente (60 m de D–), puis quand le Polar bipe 2 km je passe en mode exploration. Une première piste me conduit en bordure de la route départementale, mauvaise pioche. Je rebrousse chemin et tente une autre piste dont je m’aperçois très vite qu’elle conduit très exactement dans la direction opposée à l’endroit où je suis garé.

Retour au point de départCe chemin débouche bientôt dans un espace dégagé que je reconnais pour l’avoir vu à plusieurs reprises depuis la route. Je suis assez loin, cela fait une demie heure que je suis parti, il serait temps de me rapprocher de mon point de départ. Clic-clic je passe le Polar en mode Back to start et je suis la direction que m’indique la flèche. Enfin, j’essaie. Parce que les pistes ne font pas le moindre effort pour coopérer. Alors que je me suis rapproché à moins de 800 m du point de départ, je fais un choix malheureux à un embranchement et me retrouve en quelques minutes à plus de 1 300 m.
Un chevreuil jaillit hors des taillis à vingt pas sur ma gauche et me distance en quelques bonds. Superbe rencontre ! Ça valait le coup de me tromper de piste rien que pour ça.
Au croisement suivant la chance est avec moi, une piste s’étend, rectiligne, dans la direction exacte montrée par le Polar. Effectivement elle me ramène au bosquet derrière lequel je suis garé.

Comme après chaque sortie je vérifie l’état du « matériel ». Tout est ok. Ah non, un morceau d’écorce s’est incrusté sous mon pied droit. Je ne l’ai même pas senti. Je l’enlève, m’assure que je n’ai ni blessure ni coupure puis me change de nouveau. J’ai fait le plein d’endorphines, il est temps de reprendre mon trajet et d’aller m’entasser dans les bouchons de la traversée de Montpellier.

Vérification du matériel

Vérification du matériel

Résumé

Distance : 5,9 km
Durée : 0h48

Publicités

12 réflexions sur “Sortie n°469

  1. Ah! des endroits que je connais! Je situe l’action!
    Jolie sortie sinon, la fonction Retour au point de départ est une invention de génie (surtout dans ce genre d’endroits… )

    • Ouaip, j’étais sur ton terrain de jeu. La fonction de retour au point de départ est sympa, mais plutôt qu’une simple direction et distance je préférais visualiser la direction et le parcours complet sur mon Forerunner 305.

      • Effectivement, ce serait plus clair. 🙂 Mais si ça coûte 100€ de plus on se contentera de la flèche. 😀 J’ai pas encore testé cette fonctionnalité sur ma montre… et pourtant j’en aurais l’occasion.

        • Que nenni ! Mon 305 m’avait coûté 100 € de moins. C’était une super affaire, je ne m’en suis aperçu que plus tard quand j’ai cru pouvoir racheter un modèle équivalent pour un prix similaire.

  2. El Bourda dit :

    Une sortie improvisée, un chevreuil rencontré, un égarement par polar annulé, une blessure évitée, endomorphisme et plaisir tu as trouvé.
    Bref, rien de mieux il ne pouvait t’arriver !

  3. Jolie sortie, j’adore quand on croise des animaux en courant, j’ai toujours l’impression de vivre un moment privilégié (pauvre petite fille frustrée d’avoir grandi à Paris mais qui se venge maintenant) ^^

    • Je suis passé à côté de cette forêt des dizaines de fois, et elle me fait envie à chaque fois. Fallait que je craque un jour ou l’autre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s