Transition vers le barefoot

Fin juin, c’est le moment de regarder dans le rétroviseur et de faire un petit débrief sur la première moitié de l’année. En ce qui me concerne, le fait le plus marquant de ce semestre c’est que j’ai commencé à courir pieds nus.
D’où le titre de l’article « Transition vers le barefoot ». ‘Transition’ parce que ça ne se fait pas du jour au lendemain, c’est un processus qui s’étend sur plusieurs mois.
Un petit schéma valant mieux qu’un grand discours, voici d’abord un graphique.

Répartition du kilométrage pieds nus/chaussé mois par mois

Répartition du kilométrage pieds nus/chaussé mois par mois

Interprétation

Pendant tout le premier trimestre je préparais le marathon de Marseille au rythme constant de 150 km par mois. Pas de fantaisie, juste des kilomètres à la chaîne.
Au mois d’avril, après le marathon, j’ai débuté le barefoot par des sessions courtes de moins de 20 minutes. Récupération oblige, je n’ai couru que 87 km ce mois-là, dont seulement 20% pieds nus.
En mai – fait ce qu’il te plaît – j’ai augmenté la durée des sorties barefoot (jusqu’à 52 minutes) tout en alternant avec la préparation de la Bandol Classic. 140 km au compteur et une répartition globale de 1/3 pieds nus et 2/3 chaussé.
Juin enfin, suite et fin de la préparation de la Bandol Classic. Une fois la course passée, finies les contraintes du plan d’entraînement, je n’ai pas remis les chaussures. Pas du tout. Au final sur les 116 km mensuels j’en ai parcouru 75 pieds nus.

Objectifs du second semestre

Mon idée initiale était de progresser tout au long de l’été dans le but de participer pieds nus aux 10 km de Tamaris en octobre. Or je cours déjà plus de 10 km pieds nus, et qui plus est, dans les mêmes chronos qu’en chaussures. Autant dire qu’arriver au bout d’un 10 km pieds nus n’est plus vraiment un challenge.
Est-ce que je dois envisager de faire le semi-marathon en septembre pieds nus ?
Comme me le faisait remarquer quelqu’un sur un forum de discussion, je suis à un moment-clé de ma phase de transition vers le barefoot. Il est encore temps d’oublier tout ça et de rechausser mes Kinvara. En revanche plus je persiste dans cette voie, plus il sera compliqué de rebrousser chemin et de courir de nouveau en chaussures.
Le moment venu, il faudra aussi envisager la course cet hiver. Même si le climat varois est plutôt clément, j’ai couru plus d’une fois de nuit, sous la pluie et par 2°C. Est-ce que je le ferai pieds nus ? Est-ce que je lorgnerai du côté des chaussures minimalistes histoire d’avoir quand même une épaisseur de caoutchouc pour m’isoler du sol ?

Après réflexion je choisis de ne rien décider pour l’instant. Le plan d’entraînement pour le semi ne démarrera que fin juillet, d’ici là je profite des vacances et je cours au feeling, selon l’inspiration du moment.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s