Bandol Classic 2013

C’est la troisième édition à laquelle je participe, la première pour laquelle j’ai suivi un programme que l’on peut qualifier de ‘plan d’entraînement’. J’ai pris soin de transférer dans le Forerunner le parcours de l’an dernier, comme ça à tout moment je pourrai comparer ma course avec celle de 2012.

18h32

Le départ est donné. Mr. Green est moi nous sommes placés à la queue du peloton, de toute façon ça va bouchonner sur le premier kilomètre. On prend quand même la précaution de rester devant le groupe des ‘Cours Forest’, tout de rose vêtus. Ils sont sympas, ils mettent l’ambiance, mais s’ils restent agglutinés en grappes pour papoter on ne pourra jamais les dépasser.
18h33. Nous passons la ligne de chronométrage, Mr. Green me souhaite une bonne course et s’élance à travers la masse des coureurs. Je commence aussi à zigzaguer, à doubler sur le trottoir, pour me caler sur le rythme que je me suis fixé.
Je sais que j’ai tendance à partir trop vite, à vouloir dépasser le coureur devant moi, puis le suivant, et encore celui d’après, jusqu’à me retrouver « dans le rouge ».
Alors j’ai décidé de me caler sur un rythme de 5’40 /km, au moins sur le profil plat des 4 premiers kilomètres.

km 01 : 6’06
km 02 : 5’28
km 03 : 5’45
km 04 : 6’01

18h55

Premier ravito, je prends un gobelet d’eau dans chaque main et je ralentis le temps de les boire. Ça commence à grimper avec le petit raidillon au bout du chemin de la Douane qui marque le début de 2,7 km de montée quasi continue à 5% de pente moyenne. Très vite je commence à alterner course et marche rapide. Ça permet de reprendre son souffle et ça ne coûte pas grand-chose au niveau du chrono de marcher à 10′ /km plutôt que de trottiner au ralenti à 8′ /km.
19h02. Le tracé quitte la route pour la caillasse des chemins. Ma montre bippe la fin du cinquième kilomètre, je décide de regarder où j’en suis par rapport à ma course de l’an dernier. Trois clics sur le bouton plus tard la montre affiche 254 m d’avance. Bien, c’est le moment de s’écarter face aux buissons pour marquer un « arrêt aux stands ». J’ai encore 124 m d’avance quand je repars, très bien, à partir de maintenant je vais gérer ma course par rapport à cette avance.

km 05 : 6’53
km 06 : 8’33
km 07 : 9’20

19h21

Ce sont les derniers mètres de montée et je discute avec mon voisin, la quarantaine, qui a arrêté de fumer le mois dernier et qui se remet à la course à pied. Pas facile et en plus il a une grande carcasse a déplacer. Chapeau ! Arrivés sur le faux plat avant le sommet on se souhaite une bonne fin de course et on reprend chacun notre allure. Je jette un œil à mon Forerunner, j’ai 280 m d’avance sur l’an dernier.
Bonne nouvelle. Je calcule rapidement en me basant sur mon allure moyenne de l’an dernier, 7’00 /km. Si 1 km représente 7’00, 250 m représentent le quart soit 1’45 » et 280 m correspondent à la louche à 2’00 ». Je retranche 2′ à mon chrono de 2012 et je calcule que je peux boucler le parcours cette année en moins d’1h26. Il me faudrait environ 400 m d’avance pour être sous 1h25. Je me souviens à quel point j’avais galéré sur les deux derniers kilomètres et ça paraît faisable.
19h26. La grosse descente est là, j’essaie de rester sur la partie balayée par les organisateurs et d’éviter autant que possible les grosses pierres roulantes qui parsèment la piste en dehors de cette trace. Puis on retrouve le bitume, et je laisse aller la foulée dans la descente, histoire de regagner quelques poignées de secondes. Quelques coups d’œil rapides m’assurent que l’avance ne cesse de croître pour atteindre 470 m.

km 08 : 6’47
km 09 : 5’40

19h33

À l’heure de course j’ai parcouru 8,9 km sur les 12,4 km du parcours. Les sensations sont bonnes, en tous cas bien meilleures que l’an dernier. Je ne me préoccupe plus de mon allure, uniquement de mon avance que j’essaie de maintenir aux alentours de 500 m. Je profite de marcher une poignée de secondes dans les montées, j’allonge la foulée dans les sections descendantes.
19h45. Voici déjà la plage. Je cherche le sable le plus compact, là où les vagues viennent mourir et je dépasse bon nombre de concurrents qui courent sur le sable sec où ils s’enfoncent. J’ai les pieds et les chaussures trempés bien sûrs, mais il reste moins de 2 km et ce ne sera pas handicapant.

km 10: 6’07
km 11: 6’46

19h48

On quitte la plage et on contourne le grand parking. C’est le dernier kilomètre et il est temps d’oublier l’avance, l’allure et tous ces chiffres pour se focaliser sur le dépassement du coureur immédiatement devant moi. Autant j’évite ça au début de la course, autant sur la fin quand je sens que j’en ai encore sous le pied j’aime bien « débrancher le cerveau calculateur » et laisser les sensations et l’instinct gérer les derniers hectomètres. Ce que j’appelle présomptueusement le mode « chasse ». J’accélère donc, dépasse une demi-douzaine de coureurs et coureuses, et accélère encore à l’approche de la ligne.
19h55. J’arrête le chrono au passage sous l’arche. 1h22’13 » soit cinq minutes et demie de mieux que l’an dernier. Objectif atteint. Au-delà des mes espérances même.
Moi qui pensais déjà à faire un article sur l’absence d’amélioration de mes chronos, je suis rassuré.

km 12: 6’18
finish: 5’13


Les clés de la course

Distance : 12,5 km
Dénivelé : 145 m
Chrono : 1h22
Dépense : 925 kcal

Tracé du parcours

Précédent

Publicités

3 réflexions sur “Bandol Classic 2013

  1. J’adore le moment plein de calculs… moi je suis incapable de faire ça en course… même un peu après d’ailleurs, les chiffres s’embrouillent. Bref, je suis admirative!

    • Je sais pas s’il y a de quoi être admiratif.
      Il faut que j’occupe le cerveau pour qu’il laisse le reste courir tranquille. Sinon il va trouver n’importe quelle bonne raison pour arrêter de courir. Il fait trop chaud, trop froid, bobo ici, bobo là…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s